Canal-U

Mon compte

Effervescence

Le colloque organisé à Montpellier en partenariat avec Sanofi et Veolia était construit pour favoriser les échanges et collaborations entre différents acteurs à travers des conférences de scientifiques, de gestionnaires, d’industriels, de professionnels de santé et d’associations citoyennes, avec un objectif commun, la durabilité de nos ressources. Il a été à ce titre un incubateur d’idées pour l’ensemble de la filière : de la production jusqu’au bon usage du médicament sans oublier la gestion des rejets. Les échanges ont été facilités par  l’organisation d’ateliers de réflexion autour du bon usage du médicament et des voies de recherches futures. Le partenariat industriel a favorisé le positionnement de chaque partie prenante dans son appropriation de la problématique en termes d’engagement vers des solutions durables. La richesse des débats et la dynamique des échanges ont permis, à l’ensemble des participants, d’identifier des actions à poursuivre, renforcer, ou mettre en œuvre.

Les conférences mises à disposition sur le site Canal-U ont eu lieu au cours de trois sessions :
1 - Approches multidisciplinaires pour aborder les questionnements scientifiques, modéré par J. Garric (IRSTEA, Lyon)
2 - Les réponses actuelles des politiques publiques en France et en Europe, modéré par E. Vindimian (CGEDD, Autorité Environnementale)
3 - Les leviers à la disposition des acteurs pour la réduction des émissions et des modes de gestions
Durables, modéré par R. Barouki (INSERM, UMR 1124)

Pour vous abonner au flux RSS de Effervescence, cliquez sur l’icône de votre lecteur favori :

Liste des programmes

Depuis 2011, le projet PHARMECOTOX étudie l’impact des résidus de médicaments sur les organismes marins et d’eau douce.
De nombreuses substances organiques dont les médicaments et les produits de soins, sont retrouvées à l’état de traces dans les rivières. Elles peuvent s’accumuler chez les espèces aquatiques et engendrer des effets. Dans cette étude, l’approche est basée sur l’identification et la quantification de polluants directement dans l’organisme. En complément, ...
La présence de résidus de médicaments dans l'environnement mobilise l'opinion publique et les médias. Une multitude de molécules se retrouvent, à l'état de trace, dans les milieux aquatiques et l'eau potable. Quels sont leurs effets sur l’environnement et la santé humaine ? Devant ces inquiétudes, le Ministère de l'Environnement et ...
Bisphénol A, viande de cheval, acrylamide, grippe aviaire… Depuis les années 70, les crises alimentaires se succèdent et mettent en évidence le lien étroit qui existe entre les facteurs économiques et l’impact sanitaire. Conformément à l’article 34, l’European Food Safety Autority (EFSA) a pour obligation d’identifier les risques émergents à ...
Le Plan National sur les Résidus de Médicaments dans les Eaux (PNRME) s'articule autour de trois grands axes. Les actions, pour chaque grande ligne du plan, ont été piloté en collaboration avec l’ONEMA.
L’ANSES travaille en collaboration avec la Direction Générale de la Santé et le laboratoire d’hydrologie de Nancy sur la problématique liée à la présence de résidus de médicament dans les eaux destinées à la consommation humaine.
Au sein de l’ANSES, l’Agence nationale du médicament vétérinaire (ANVM) a pour mission de délivrer, suspendre ou retirer les autorisations de mise sur le marché des médicaments vétérinaires en s’appuyant sur une expertise collégiale. L’agence exerce également un contrôle et une vigilance sur ces médicaments et sur les établissements (fabrication, ...
Le Groupe international Sanofi, spécialisé dans les produits pharmaceutiques et biopharmaceutiques détient environ 112 sites industriels répartis dans 41 pays du monde. En tant que leader de la santé, Sanofi s’efforce d’intégrer l’évaluation du risque environnemental dans le cycle de vie du médicament.
La gestion des rejets liquides est un enjeu de santé publique et environnementale mais aussi technologique et économique. Afin de réduire les micropolluants émergents tels que les résidus de médicaments, de nouvelles technologies sont développées, les traitements classiques utilisés aujourd’hui en stations d’épurations n’éliminant que partiellement ces micropolluants.
 
FMSH
 
Facebook Twitter Google+
Mon Compte